Dernieres nouvelles

Dernières nouvelles: Blog en Travaux, on dépoussière!

mercredi 10 mars 2010

Dis bonjour à la dame.

Tous les mercredis, c'est le même phénomène curieux en bibliothèque.
Invasion d'enfants.
Enfants qui sont déposés là par des parents soucieux de faire leur marché (vous vous souvenez, mercredi égale jour de marché) tranquille et donc de ne pas avoir leurs rejetons dans les pattes. Trop aimables messieursdames, fallait pas, non, vraiment.

Donc je disais que le mercredi nous étions submergés par une vague appelée aussi "Enfantsinsupportablesetpasdutoutbienélevés".
Vous ne connaissez pas encore ce spécimen?
Attendez, je vais développer.

Ce sont les enfants qui entrent les premiers dans la bibliothèque à grand renfort de cris en tout genre, ils sont généralement plusieurs et préfèreraient aller faire un tour pour voir les travaux devant la bib plutôt que de devoir se taire et lire dans le calme (tout est relatif) dans la bibliothèque.

Ils entrent bien sûr (c'est presque une évidence, voire une marque de fabrique) sans dire bonjour à la dame (d'où mon fabuleux titre), ni même se donner la peine de lui répondre quand la dame, polie et bien élevée, ELLE, leur dit bonjour.
Et le pire, c'est qu'ils vous regardent avec un air de dire "Mais qu'est ce qu'elle me parle celle-là???". Enfin bref.
C'est à ce moment-là qu'en général je sors mon regard n°2, le spécial "Situmerépondspasetqu'enplustumeregardesjevaistebouffer".
Parfois ça marche. Mais souvent, ils partent mettre le bazar dans les bacs d'album que je mets tant de soin à ranger.

Arrivent ensuite les parents (souvent la mère, mais parfois aussi le père, qui ne doit pas s'occuper souvent de ses enfants d'ailleurs tellement il a du mal à se faire écouter, mais c'est une autre histoire et c'est pas mon problème).
Alors là, vous allez me dire que j'exagère, mais non point.
Tels enfants, tels parents.
Pas un bonjour, mais direct un "Alors, vous m'avez envoyé un courrier alors que je vous ai expliqué que je ne retrouvais pas l'album qui reste sur ma carte. Faudrait me faire une note ou quelque chose parce que ça commence à être pénible!". (c'est du vécu)

...
Deux options s'offrent à la gentille (ou pas) bibliothécaire qui se trouve là. Soit elle mord (ce qui est formellement déconseillé par la loi). Soit elle prend son mal en patience et explique que c'est normal, les lettres de rappel partent automatiquement et blablabla.
...
Non, on ne mord pas!

On essaye de rester calme et de ne pas s'offusquer face au manque certain de politesse et d'éducation de la mère de famille (débordée). On renseigne, on aide, mais on ne file pas le marque-page qui a trop la classe (vous vous rappelez? la vengeance de la bibliothécaire!)!

Et puis, quelques instants de répit pour la bibliothécaire qui en profite pour aller se boire un thé et bouffer des petits écoliers parce que quand même elle a bien mérité un peu de réconfort. Et qu'en plus, ils sont pas encore partis. Loin de là. (j'vous avais dit que c'était long)

Et là, le dernier petit écolier n'est pas encore fini que c'est reparti (et je me mange pas le paquet entier hein!). Il y a TOUJOURS un truc qui ne va pas. Et ils cherchent TOUJOURS un truc introuvable.
Ni une, ni deux, je me fais un plaisir de m'en débarrasser pour les envoyer voir ma collègue au bureau des renseignements (la pauvre).

Petit écolier fini. C'est bon, ils peuvent revenir, je suis d'attaque. Même pas peur, j'ai repris du poil de la bête.

La pile d'albums choisis est prête à être enregistrée mais il faut encore que la mère de famille coure après le petit dernier qui s'amuse à jouer au loup avec ses aînés dans les allées des docs, en bousculant les papis et mamies qui n'ont rien demandé et qui en plus viendront s'en prendre à la dame de la bibliothèque parce que "c'est pas la foire quand même et qu'avant ça se serait pas passé comme ça!" (en même temps, c'est pas mes gamins).
La carte arrive et, surprise! ben y'a encore des livres en retard. Ben oui, fallait pas croire que c'était fini!
Je vous passe les détails mais en gros, après un caprice, une course à travers les rayonnages, une engueulade de la bibliothécaire qui ne sait manifestement pas faire son boulot parce que "ce livre on est sûr de l'avoir rendu la semaine d'avant", une carte de bib à renouveler et un départ en trombe, ils sont enfin partis.

Y'a plus qu'à attendre les suivants. Et encore les suivants. Et ceux d'après.
Mercredi égale succession de mioches mal élevés. (et quelques uns qui sont mignons et gentils et polis. heureusement.)

On est mercredi et c'est la journée qui m'attend. Le rêve n'est ce pas?
Rendez-vous sur Hellocoton !

1 happy thoughts:

stouf a dit…

Déjà moi dans mon lycée je les supporte pas, alors toi des gamins, c'est à se tirer une balle!

Bon courage alors ;)

Enregistrer un commentaire

Merci pour le p'tit mot! C'est bon pour ton karma!