Dernieres nouvelles

Dernières nouvelles: Blog en Travaux, on dépoussière!

jeudi 18 août 2011

Alex le trouillard

L'Inde, ce n'est pas toujours rose, nous le savons. C'est pourquoi nous partons avec le sourire mais avec quelques craintes malgré tout. Oui oui oui, un homme aussi peut avoir peur, voici ce que je redoute :


  •         Le monde

Oui, au cas où vous débarqueriez, l’Inde est le deuxième pays le plus peuplé, derrière la Chine (plus d'un milliard d'habitants). La carte ci-dessous vous montre la densité de la population en Inde (à savoir, en Creuse, où j’ai passé toute mon enfance, environ 125 000 habitants avec une  densité de 23 hab/km²). Autant dire qu’à certains endroits, on peut retrouver toute la population creusoise sur 5km², je sens que je vais me sentir un petit peu serré…(les chiffres datent en plus de 2001, autant dire qu'en 10 ans, la population a augmenté).

  •    La nourriture épicée

Voici le planning d’une semaine type :
* Jour 1 : Découverte de la nourriture locale


* Jour 2 : toilettes
* Jour 3 : toilettes
* Jour 4 : toilettes
* Jour 5 : Visite d’un temple
* Jour 6 : toilettes
* Jour 7 : départ vers une autre ville (et je me retiens dans le bus pour ne pas tout lâcher sur la banquette)
Remarque : Je viens de découvrir le premier musée qu’on visitera, on aura toujours un toilette sous la main comme ça J


 Sulabh International- Museum of toilets – New Delhi
Image : Réplique du trone de Louis XIII (http://www.sulabhtoiletmuseum.org/)

  • La langue
Non, ce n’est pas une légende, je ne suis pas très bon en effet dans les langues étrangères. Vous voulez une situation type ?

Monsieur X : « Nâch na awe, ângan terhâ»
Moi : « Sorry … euh … I’m French… I don’t speak english very well »
Laure à moi :  “ Il ne parlait pas en anglais …”

  •  Les regards

Je n’aime pas être le centre du monde, j’aime bien me mêler à la masse. Mais là, ça sera difficile avec une jolie femme à mes côtés et tous les deux avec une peau de couleur blanche… j’essayerai de me camoufler derrière ma moustache mais bon, l'habit ne fait pas le moine et donc la moustache ne fait pas l’indien.


  •  La place de l’homme.

Oui, là-bas, Laure ne portera pas la culotte, ça sera à moi de la porter! (non non, je ne parle pas de slip, c’est bien une expression qui signifie « prendre le rôle de chef de famille ». Et pour ceux qui n’auraient pas compris, Laure portera bien des culottes, mais pas la culotte … bon je crois que je ne fais qu’embrouiller les gens là). Moi qui suis un peu mou et pas très débrouillard, ça sera une véritable épreuve mais également un grand travail sur moi-même. C’est quelque chose que j’attends également de ce voyage, de prendre confiance en moi et que les autres puissent voir également que je peux enfin me débrouiller seul.

  •  La pauvreté

Les conditions de vie d’une grande partie de la population en Inde sont inimaginables pour un français. Nous reviendrons sûrement choqués de ce que nos petits yeux d’occidentaux auront vu, mais faudra en tirer le meilleur de cette expérience. De retour en France, plus le droit de se plaindre (même si c’est un sport national ici).

  • Etre loin des miens

J’aurais déjà passé 6 mois dans le sud sans véritablement mes proches mais bon, c’est possible d’avoir des petits moments de blues même si je serai avec Laure (t’as pas intérêt à lâcher ton boulet par contre hein, je serai perdu sans toi sinon !)

  • Les négociations

C'est bien connu, le tarif pour un indien et pour un occidental n’est pas le même. Serai-je un bon négociateur ? Mystère … (honnêtement, je ne pense pas, j’obtiendrais au mieux un tarif 3 fois supérieur à celui des locaux après un prix de départ 5 fois supérieur


  •  Différence de culture

A chaque pays sa culture. Il faudra perdre ses habitudes pour prendre les leurs, je ne veux pas leur manquer de respect (nous devrons notamment roter après manger si j’ai bien compris). Mais du coup, chaque geste sera réfléchi, je me demanderais par exemple si se gratter les cheveux ou se frotter les yeux n’a pas une signification et serait une offense auprès d’un de leurs multiples dieux. Ah oui d’ailleurs, faudra pas que j’oublie que la main gauche, c’est réservé pour les toilettes.

  • La chaleur

Je me serais bien habitué après mes 6 mois sur la côte d’azur, mais honnêtement, j’ai bien souffert quand la climatisation ne fonctionnait pas dans notre bureau. Oui, j’assume, et comme dirait un certain Benoît Poelvoorde, « je sue, mais j’m’en fous ! »

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 happy thoughts:

Oreille a dit…

La première semaine, on se moque des autres occidentaux qui ne mangent pas indien. La deuxième, on se goinfre de pizzas...
En arrivant, on est choqué par la saleté, les gens partout, puis on se contente de regarder où on marche. On fixe les cages thoraciques de ceux qui sont allongés ("respire, respire"), mais après quelques déceptions, on essaye de plus y penser...
Reste les "rickshow, where do you go, nice scarf good price" etc. qui donnent des envies de meurtre assez rapidement ! (alors au bout de quelques mois...)

(je sais, mon commentaire est très encourageant !)

SP a dit…

Dis donc c'est des toilettes de grand luxe ça. Pour se mettre dans l'ambiance, penser qu'il faut s'attendre au pire en matière de toilettes.

Sinon, côté épices, on s'habitue à tout, donc avant de partir, nourriture très pimentée de rigueur, en augmentant peu à peu les doses, y compris dans les salades. Remède personnel mais efficace !

Dany et Maryse a dit…

Je suis totalement d'accord avec le commentaire d'Oreille. Les ricksaw, on s'est jamais habitué.

Pour les intoxications alimentaires éventuelles; achetez là bas ciproflaxocine. C'est un antibiotique, il faut donc pas abuser mais si un jour vous avez une grave intox au milieu de nulle part (en trek par ex), vous pourrez toujours vous soigner.

Enregistrer un commentaire

Merci pour le p'tit mot! C'est bon pour ton karma!