Dernieres nouvelles

Dernières nouvelles: Blog en Travaux, on dépoussière!

vendredi 6 avril 2012

Les animaux sont nos amis #22

C’est LA rencontre de notre voyage avec un animal ! Nous l’avons trouvé à Mamallapuram, au sud-est de l’Inde, au-dessus de Pondichéry. Cet animal, c’est un chat. Nous en avions trouvé un avant lui dans cette même ville, j’avais du raisonner Laure pour pas qu’on l’emporte avec nous (on n’y pense pas, mais les animaux de compagnie manque durant un long voyage comme le nôtre).

Un soir, avant d’aller manger, nous sommes tombés sur une grande famille indienne qui vivait dans la rue et qui vendait colliers et bracelets aux touristes la journée. Quand nous sommes passés devant eux, ils maltraitaient le chat, la mère le donnait à ses enfants comme si c’était un jouet. Les gamins, eux, le serraient par le coup comme un truc en caoutchouc, se le passaient de mains en mains, on avait l’impression qu’il ne pouvait respirer, il pleurait. On avait beau dire à la mère que c’était comme son enfant, qu’on ne traite pas un chat comme un jouet, elle ne voulait pas comprendre. Elle voyait peut être que ça nous faisait du mal de le voir comme ça, elle devait en jouer, car après, elle nous a demandé qu’on achète du lait, puis nous a proposé d’acheter l’animal. On a passé un long moment à discuter avec elle, les indiens, curieux de nature, se sont regroupés autour de nous. Deux jeunes nous ont aidés, ils les ont menacés d’appeler la police. Elle a finalement accepté, on lui a quand même donné une petite contrepartie. Nous voici donc avec un chaton en notre possession, trop mignon !

Nous rentrons à la guest-house lui préparer un petit lit (admirez le superbe drap rose avec des mickey jaunes qu’on avait avec la chambre, ils ont trop la classe les indiens), une petite gamelle avec des gâteaux écrasés mélangés à de l’eau et enfin la porte des toilettes ouvertes pour qu’il aille faire ses besoins (oui, on pouvait toujours rêver). On est resté un peu avec lui avant d’aller manger.

En revenant, évidemment il n’était pas sur son drap, mais sur mon gros sac de voyage. On l’a fait manger, on l’a emmené dans la salle de bain au bord du trou de la douche, et ô miracle, il a fait ses besoins ! A partir de ce moment-là, il a toujours fait dans la salle de bain, le chat parfait ! Il dormait à nos côtés, ronronnait, jouait, était très câlins, il était vraiment génial !

Deux jours après, nous sommes partis à Pondichéry, avec notre nouveau compagnon et l’espoir de lui trouver une famille. Oui, car même s’il était parfait, on aurait bien fait la fin de notre voyage avec lui mais on avait un autre chat en France que mes parents gardaient gentiment. Notre chat en France n’aime pas les autres chats, il aime que les différents rongeurs que nous avons eus, donc on ne pouvait pas ramener notre chat indien avec nous. Quand je dis qu’il était parfait, il n’a même pas bronché quand nous avons pris le bus, alors que les transports en Inde ne sont pas de tout repos, il a dormi dans le petit bagage à main de Laure.

A Pondichéry, ville où l’empreinte française règne encore, nous avions bien l’espoir de lui trouver une famille, les indiens n’aimant pas trop les chats. Nous avons consacré une de nos journées à nous promener dans la ville avec le chat, nous sommes tombés seulement sur une expatriée mais qui venait d’adopter un chaton, dommage.



Dernière chance : aller à Auroville. Auroville est peuplé de nombreux étrangers, et ce sont de vrais amis de la nature. Nous avons consacré tout notre temps pour lui trouver une maison. On a tout de même manger à l’heure du déjeuner,  il m’a piqué une courgette dans mon assiette. Vu qu’il avait l’air d’aimer, j’ai dû lui donner une bonne part des courgettes de mon plat.

De nombreuses personnes ont essayé de nous aider, de voir dans leurs proches s’ils n’avaient pas quelqu’un d’intéressé. Tout le monde le trouvait trop adorable, mais personne ne pouvait l’adopter. Soit parce qu’ils étaient juste de passage à Auroville comme nous, soit parce qu’ils avaient eu une mauvaise expérience (leurs chats s’étaient fait dévorer par des bêtes peuplant la forêt), soit parce qu’ils en avaient déjà suffisamment  ou soit parce qu’ils n’aimaient tout simplement pas les chats. Mais les gens étaient confiants, il était tellement adorable qu’on allait forcément trouver. Mais les heures passant, on commençait à douter. Finalement, nous avons trouvé une italienne vivant à Auroville. Quand on lui a demandé si elle le voulait, elle a répondu naturellement oui. On y croyait pas alors on lui a redemandé, au cas où qu’on ne se soit pas compris, mais elle voulait bien l’adopter. On était soulagé, mais on réalisait également que nous allions nous séparer. Après environ une semaine, nous nous étions déjà énormément attachés à lui. On a encore eu un peu de temps avec lui car elle devait finir de faire visiter Auroville à son père de passage. Mais quand elle est revenue, on avait vraiment la gorge serrée. Une fois qu’on lui a donné notre adorable chaton, on a visité la ville, sans que le cœur ne soit vraiment là… 


Rendez-vous sur Hellocoton !

3 happy thoughts:

Zelda a dit…

Cette histoire est géniale, il a eu de la chance ce chaton de vous rencontrer et même si vous n’avez pas pu le garder, c’est super s’il a trouvé une bonne maîtresse ! J’aurais eu un sacré pincement au coeur aussi !!
Bises

Ju a dit…

booouuuuhhhh

Anonyme a dit…

Les chats sont tres mal vu et mal aimer en inde en effet quant un chat passe devant une personne qui va px a une mariage ou un voyage alors ils croient cela rapporte une chance ! Car qq ch de mauvais peu se passer comme accident etc..... et oui linde c ca aussi... jai trop aimer cet histoire moi aussi javais plien de chat quant jete a pondychery duran mn enfance

Enregistrer un commentaire

Merci pour le p'tit mot! C'est bon pour ton karma!